Bonnes pratiques pour structurer un thésaurus

[english version]


Les langages documentaires

Les langages documentaires sont des vocabulaires contrôlés ou normalisés, dont le but est de répondre à l’équivoque du langage naturel et aux problèmes que posent la polysémie et l’homonymie. Ils servent à indexer et à décrire le contenu d’une ressource et visent à améliorer la recherche documentaire.

On distingue trois grands types de langages documentaires : les schémas de classification, les listes d’autorité ou de vedettes-matières et les thésaurus. Les classifications, à l’exemple de la Classification décimale de Dewey, propose une organisation hiérarchique des concepts. Les listes d’autorité ou vedettes sont des termes normalisés, qui doivent être obligatoirement utilisés dans le catalogage ou l’indexation, pour décrire le contenu des documents. On peut ici citer Rameau (Répertoire d’autorité-matière encyclopédique et alphabétique unifié), le langage d’indexation matière utilisé par la Bibliothèque nationale de France. Enfin un thésaurus structure un vocabulaire contrôlé en décrivant l’ensemble des relations sémantiques qui relient des concepts.

L’emploi de vocabulaires contrôlés est une recommandation de l’Agence nationale de la recherche pour l’évaluation de la qualité des données dans les plans de gestion des données. De même, selon les principes FAIR, « pour être FAIR, les données doivent être décrites à l’aide d’un vocabulaire contrôlé respectant lui-même les principes FAIR. Il doit être facile à trouver grâce à un identifiant pérenne et unique, documenté et lisible par les machines ».

La structure d’un thésaurus

La construction d’un thésaurus obéit à des normes ISO ( ISO 25964-1:2011 et ISO 25964-2:2013).

La norme ISO 25964 distingue d’une part les concepts, comme “représentation mentale”, et d’autre part, les termes, en tant expression linguistique d’un concept dans une langue donnée.

Un concept est exprimé par un terme préféré ou descripteur et des termes non-descripteurs. Il a des relations hiérarchiques et associatives avec d’autres concepts. Il est aligné avec les concepts d’autres thésaurus par des relations d’équivalences. Il peut être défini et documenté par différents types de notes.

La structure d’un thésaurus permet d’exprimer l’ensemble des relations sémantiques d’un concept.
  • Les relations d’équivalence entre le terme préféré et ses synonymes

– Le terme préféré

Dans un système d’organisation des connaissances, le terme préféré (ou retenu, ou préférentiel) est utilisé pour se référer de manière non ambiguë à un concept.  C’est le descripteur d’une indexation et le libellé qui apparaît à l’affichage.

Un thésaurus n’admet qu’un seul terme descripteur par concept et par langue.

Un même terme descripteur ne peut pas désigner plusieurs concepts . En cas d’homonymie, il convient de désambiguïser le champ d’application du terme en ajoutant un qualificatif entre parenthèses :

Bois
Bois (zoologie)

Un même terme ne peut être à la fois descripteur et non descripteur.

– Les synonymes

Le terme descripteur et les termes non descripteurs (ou rejetés, ou non préférentiels) qui représentent un même concept sont liés entre eux par une relation d’équivalence. Elle permet le contrôle des synonymes et de l’accès à l’information.

Selon les normes de construction d’un thésaurus, sont considérés comme synonymes :

Noms complets et abréviations ou sigles : imagerie par résonance magnétique Ι IRM

 Noms courants et noms scientifiques : araignées Ι  Araneae

 Noms scientifiques et noms de marque : paracétamol Ι Efferalgan

♦ Termes d’origines linguistiques différentes : polychrome Ι multicolore

Variantes orthographiques : clés Ι clefs

 Appellations anciennes et modernes : instituteurs Ι professeurs des écoles

Les relations d’équivalence incluent également les quasi-synonymes. Il s’agit de termes trop spécifiques pour tous apparaître comme descripteurs selon le domaine traité par le thésaurus.

Végétarisme
EP : lacto-ovo-végétarien, lacto-végétarien, ovo-végétarien, semi-végétarien, végétarien.

Les relations d’équivalence peuvent également englober les antonymes quand ils représentent deux aspects d’un même concept, par exemple Alphabétisation et Analphabétisme.

  • Les relations hiérarchiques

Une relation hiérarchique (ou générique-spécifique ou parents-enfants ou broader-narrower) doit relier, du plus général au plus précis, des concepts de même catégorie : entités, activités , agents, actions, propriétés.

Par exemple les termes Musées (entités), Conservateurs (agents) et Muséographie (action) n’appartiennent pas aux même catégories et ne peuvent donc pas se trouver dans une relation hiérarchique.

Le test “certains/tous” permet de vérifier la validité de la relation hiérarchique :

Le test “certains/tous”.

Certains félidés sont des chats ; tous les chats sont des félidés.

Les relations hiérarchiques générales peuvent être subdivisées en trois catégories :

La relation générique

Sur le modèle de la relation genre-espèce, le concept représenté par le terme spécifique est un type ou une espèce particulière du concept représenté par le terme générique.

TGG Félidés
        TSG Chats
        TSG Lynx
       TSG Panthera
       TSG Puma

La relation partitive

La relation hiérarchique tout-partie concernent :

  • Les systèmes et organes du corps

TGP Appareil digestif
       TSP Foie
       TSP Pancréas

  • Les lieux géographiques

TGP Canada
       TSP Ontario
              TSP Ottawa
              TSP Toronto

  • Les disciplines et leurs spécialités

TGP Médecine
      TSP Cardiologie
      TSP Chirurgie
     TSP Dermatologie

  • Les organisations hiérarchiques

TGP Corps d’armée
        TSP Divisions
            TSP Brigades
                TSP Régiments
                    TSP Bataillons

– La relation d’instance

Cette relation caractérise le lien entre une catégorie ou une classe désignée par un nom commun et une instance de cette catégorie, représentée par un nom propre.

TGI Montagnes
       TSI Alpes
      TSI Pyrénées

  • La polyhiérarchie

Chaque concept peut être relié à plusieurs autres concepts par des relations hiérarchiques.

TG Instruments de musique
     TS Instruments à clavier
        TS Piano
   TS Instruments à cordes
      TS Instruments à cordes frappées
        TS Piano

TG Objet visuel
     TS Motif géométrique
         TS Motif géométrique cruciforme
             TS Ankh
TG Objets symboliques
      TS Symbole
           TS Ankh

  • Les termes de tête ou Top Terms

Un terme de tête ou Top Term est le terme préférentiel qui représente le concept de plus haut niveau dans la hiérarchie à laquelle il appartient. Il se situe donc à la “racine” du vocabulaire et constitue un point d’entrée dans l’une des branches d’un thésaurus.

  • Les relations associatives

Les relations associatives permettent de réunir des concepts qui ne sont pas liés hiérarchiquement mais sémantiquement. Pour associer deux concepts, la norme veut que l’un soit un élément nécessaire à la définition de l’autre. Le concept d’ “Approvisionnement en eau” est par exemple indispensable à la définition du concept de puits.

Les relations associatives sont réciproques. Elles permettent de décrire :

– La cause et l’effet :

Infections
     TA Maladies infectieuses

– Un tout et sa partie :

Livres
     TA Reliure

– Une action et un agent ou un instrument :

Jardinage
     TA Jardiniers

– Une action et le produit de cette action :

Édition
     TA Livres

– Une action et l’objet qui subit cette action :

Analyse de données
     TA Données

– Une action et le lieu de cette action :

Enseignement primaire
     TA Écoles primaires

– Une science et son objet :

Paléontologie
     TA Fossiles

– Un objet ou une action et sa propriété :

Poisons
     TA Toxicité

– Un objet ou une action et son rôle ou son but :

Citernes
     TA Stockage de l’eau

– Un matériau brut et son produit :

Peaux
     TA Cuir

– Un processus et son agent neutralisant :

Inflammation
     TA Anti-inflammatoires

– Un objet et son origine :

Puits
     TA Eaux souterraines

– Un objet ou un concept et une unité ou un mécanisme de mesure :

Température
     TA Thermomètre

– Une profession et la personne qui exerce cette profession

Maçonnerie
     TA Maçons

Les relations associatives permettent également d’associer des concepts “frères” qui partagent un même terme générique et dont la signification se chevauche (navires et bateaux), des concepts contraires (mariage et divorce) et des concepts complémentaires (enseignement et apprentissage).

Deux concepts ne peuvent être liés à la fois par des relations hiérarchiques et par des relations associatives.

Type de relationsSens de la relationTerminologie
en français
AbréviationsTerminologie
en anglais
Abréviations
Relation d’équivalence⇒ du descripteur vers le non-descripteurEmployé pourEPUsed forUF
Relation d’équivalence⇒ du non-descripteur vers le descripteurEmployerE ou EMUse 
Relation hiérarchique⇒ du terme spécifique au terme génériqueTerme génériqueTGBroader TermBT
Relation hiérarchique⇒ du terme générique au terme spécifiqueTerme spécifiqueTSNarrower Term NT
Relation hiérarchique générique⇒ du terme spécifique au terme génériqueTerme générique (générique)TGGBroader term (generic)BTG
Relation hiérarchique générique⇒ du terme générique au terme spécifiqueTerme spécifique (générique)TSG Narrower term (generic)NTG
Relation hiérarchique partitive⇒ du terme spécifique au terme génériqueTerme générique (partitif)TGPBroader term (partitive)BTP
Relation hiérarchique partitive⇒ du terme générique au terme spécifiqueTerme spécifique (partitif)TSPNarrower term (partitive)NTP
Relation hiérarchique d’instance⇒ du terme spécifique au terme génériqueTerme générique (instance)TGIBroader term (instance)BTI
Relation hiérarchique d’instance⇒ du terme générique au terme spécifiqueTerme spécifique (instance)TSINarrower term (instance)NTI
Relation hiérarchiqueConcept le plus haut dans la hiérarchieTerme de têteTTTop TermTT
Relation associative⇒ d’un descripteur à un autre descripteurTerme associé ; Voir aussiTA ; VARelated TermNT
Tableau récapitulatif des relations dans un thésaurus (d’après A. Serres, Introduction à l’indexation, https://www.sites.univ-rennes2.fr/urfist/Supports/Indexation/Indexation4Langages.html)
Le modèle de données SKOS et sa mise en œuvre dans Opentheso

Les thésaurus peuvent être décrits au format SKOS (Simple Knowledge Organization System), qui est une recommandation du W3C pour représenter des langages documentaires. Ce modèle de données permet de publier, d’échanger et de relier des vocabulaires structurés avec les technologies du Web sémantique.

Le modèle de données SKOS (schéma : Blandine Nouvel)

Les classes du modèle SKOS et leurs équivalents dans Opentheso :

Classes SKOS DéfinitionÉquivalent dans Opentheso
Libellés 
skos:prefLabelTerme descripteurTerme préféré
skos:altLabelTerme non descripteurSynonyme
skos:hiddenLabelLe “libellé caché” permet d’inclure des écritures fautives des termes non descripteurs, intégrées à la recherche mais non visibles des utilisateursSynonyme caché
Relations sémantiques  
skos:broaderConcept génériqueConcept générique
skos:narrowerConcept spécifiqueConcept spécifique
skos:relatedConcept associéConcept associé
Annotations  
skos:noteNoteNote
skos:definitionDéfinitionDéfinition
skos:scopeNoteNote d’application, d’usage, d’emploi ou note explicative : brève explication sur les modalités d’emploi d’un terme descripteur.Note de portée
skos:historyNoteNote historique : décrit un changement dans la forme ou la signification du conceptNote historique
skos:exampleExempleExemple
skos:editorialNoteNotes pour la gestion éditoriale du thésaurus (commentaires)Note éditoriale
skos:changeNoteNotes pour la gestion éditoriale du thésaurus (documenter un changement)Note de changement
Alignement ou équivalence avec des référentiels externes 
skos:exactMatchÉquivalence exacteÉquivalence exacte
skos:closeMatchÉquivalence procheÉquivalence inexacte
skos:broadMatchLien d’alignement génériqueÉquivalence générique
skos:narrowMatchLien d’alignement spécifiqueÉquivalence spécifique
skos:relatedMatchLien d’alignement par une relation associativeÉquivalence associative
Concept et collection de concepts  
skos: conceptConceptConcept
skos: collectionCollection de conceptsGroupe
Notations
skos:notationCode identifiant un conceptNotation

 

Diffuser son thésaurus
Compléter la page d’accueil

Il est recommandé de rédiger une présentation de son thésaurus sur la page d’accueil. Il est utile en effet, pour la diffusion d’un thésaurus, d’en préciser les “métadonnées” — sujet, contexte et date de création, projet et équipe de recherche, institutions — et  d’indiquer sous quelle licence de diffusion il est publié.

Citer cet article : « Bonnes pratiques pour structurer un thésaurus », par Emmanuelle Perrin. Publié sur Opentheso le 28/09/2020. Lien : https://opentheso.hypotheses.org/67.


Bibliographie

Aitchison, Jean, et Gilchrist, Alain, Construire un thésaurus. Manuel pratique, Paris, ADBS Éditions, 1992, 217 p.

Chichereau, Dominique, Contat ,Odile, Dégez, Danièle et al., « Les normes de conception, gestion et maintenance de thésaurus. Évolutions récentes et perspectives », Documentaliste-Sciences de l’Information, 2007/1 (Vol. 44), p. 66-74 [lire en ligne].

Dalbin, Sylvie, Yakovleff, Nathalie, Zysman, Hélène, ISO 25964-1- Thésaurus pour la recherche documentaire. Livre blanc, Saint-Denis, Afnor, 2013, 37 p.

Enssib, “Thésaurus”, 2013 [lire la notice en ligne]

Glossaire des techniques de l’information, portail Joconde [lire en ligne].

Gouvernement du Québec, Politique d’édition du thésaurus de l’activité gouvernementale [lire en ligne].

Hudon, Michèle, « ISO 25964 : pour le développement, la gestion et l’interopérabilité des langages documentaires » Documentation et bibliothèques, vol. 58-3, 2012, p. 130–140 [lire en ligne].

Isaac, Antoine et Summers, Ed (ed.), SKOS : Simple Knowledge Organization System Primer. W3C Working Group Note 18 August 2009 [Lire en ligne].

Keller, Loraine, Encadrer la réingénierie d’un thesaurus, mémoire pour obtenir le titre professionnel « Chef de projet en ingénierie documentaire », INTD, Conservatoire national des arts et métiers, Paris, 2013 [lire en ligne].

Serres, Alexandre, Introduction à l’indexation, URFIST Bretagne -Pays de Loire, 2003 [lire en ligne].

Alistair, Miles, Bechhofer, Sean, SKOS : Système simple d’organisation de connaissances. Référence. Recommandation W3C du 18 août 2009, trad. T. Francart [Lire en ligne].

Zeng, Marcia Lei, Construction of Controlled Vocabularies, A Primer, 2005 [lire en ligne]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search